dimanche 22 janvier 2012

Produits Laitiers et Calcium Part.03 : "Lait, Mensonges et Propagande", revue des études présentées par Thierry Souccar, pages 17 à 53.

Comme annoncé précédemment sur ce site [1], nous allons engager un débat avec Thierry Souccar autour de son livre " Lait, Mensonges et Propagande". Je conteste en effet l'utilisation faite d'une partie des études scientifiques citées dans cet ouvrage. Je précise que je m'appuie sur l'édition de 2007 que j'avais achetée dès sa sortie.

Afin d'être le plus clair possible, je vais procéder de la manière suivante : j'indiquerai d'abord la référence donnée par Thierry Souccar pour étayer son propos. Ensuite, je reproduirai le propos tiré de cette référence. Enfin j'essaierai de retranscrire le plus objectivement possible ce que dit cette référence.

Je suivrai donc le schéma suivant :

Référence : Ce que dit Thierry Souccar : Ce que dit la référence donnée par Thierry Souccar :

Voici donc les premiers éléments que je souhaite partager dans le cadre de ce débat.


Page 20 :

Référence : Dairy products and colorectal cancer. A review of possible mechanisms and epidemiological evidence.

Ce que dit Thierry Souccar : "les laitages pourraient diminuer le risque de cancer du côlon. Mais les études sont contradictoires"

Ce que dit la référence donnée par Thierry Souccar : l'article cité dresse un bilan de différentes études d'observation menées sur les produits laitiers. Il n'est guère étonnant qu'elles soient contradictoires eu égard aux limitations inhérentes à ce type d'études ainsi que je l'ai sommairement expliqué dans mon article sur les études scientifiques [2].


Référence : Dairy foods, calcium, and colorectal cancer: a pooled analysis of 10 cohort studies.

Ce que dit Thierry Souccar : "Selon une analyse récente […] qui portait sur 10 études épidémiologiques, il faut avaler au moins 250 g de lait par jour pour voir son risque d'un certain type de cancer du côlon baisser de 15 %" puis "Il faut savoir qu'en épidémiologie, une réduction de 15 à 22 % du risque, c'est peu."

Ce que dit la référence donnée par Thierry Souccar : l'article cité reprend en effet 10 études épidémiologiques. Là encore, il s'agit d'études d'observation. Répétons-le une fois de plus, les études d'observation ne peuvent servir qu'à émettre des hypothèses. Thierry Souccar suggère constamment qu'un lien de causalité est mis en évidence par ces études. C'est une erreur majeure ! Ces études font apparaître des associations. Or, selon une règle absolument basique de la recherche scientifique, une association n'est pas un lien de causalité. Pour mettre en évidence un lien de causalité, il faut une étude d'intervention.

Au passage, on notera que lorsque l'hypothèse ne va pas dans le sens de son propos, Thierry Souccar considère que les études d'observation sont peu convaincantes.


Page 21 :

Référence : The fibre-folate debate in colo-rectal cancer.

Ce que dit Thierry Souccar : "l'étude prospective européenne EPIC […] a établi qu'en mangeant plus de fibres on peut faire baisser son risque de cancer colo-rectal de 40 %."

Ce que dit la référence donnée par Thierry Souccar : l'article cité commence par cette phrase : "Les études d'intervention et prospectives n'ayant montré aucun effet des fibres dans la protection contre les cancers colo-rectaux ont remis en cause les recommandations de consensus selon lesquelles la consommation de fibres devrait être augmentée pour réduire le risque de cancer colo-rectal".

("Intervention and prospective studies showing no effect of fibre in protection against colo-rectal cancer have challenged consensus recommendations that population intakes of fibre should be increased to reduce the risk of colo-rectal cancer.")

Cet exemple est assez symptomatique : alors que les études d'intervention n'ont pas apporté les preuves espérées, L'étude EPIC s'obstine à proposer une nouvelle étude d'observation supplémentaire qui ne fait que renouveler l'hypothèse sans apporter d'élément définitif.

Mais cette fois, puisque l'hypothèse va dans le sens de son propos, Thierry Souccar considère que les études d'observation sont convaincantes, même lorsque les études d'intervention indiquent le contraire.


Les pages suivantes - 25 à 53 - présentent le poids de l'industrie laitière en France et l'historique des campagnes de promotion des produits laitiers. Elles dénoncent également les conflits d'intérêts qui entachent les déclarations d'un certain nombre d'acteurs du système de santé. Sur ce point, je ne peux que partager l'avis de Thierry Souccar et m'interroger sur le bien fondé d'un certain nombre de recommandations alimentaires.


Page 53 :

Référence : Conjugated linoleic acids: are they beneficial or detrimental to health?

Ce que dit Thierry Souccar : "Les laitages sont une source majeure […] d'acides gras trans. Dans de très nombreuses études, les acides gras trans, que l'on trouve sous une autre forme dans les aliments préparés, les viennoiseries, les biscuits, augmentent le risque de maladie cardio-vasculaires."

Avant d'aller plus loin, on assiste dans ce passage à un amalgame assez douteux. En effet, les acides gras trans utilisés "sous une autre forme" par l'industrie agro-alimentaire sont pour l'essentiel tirés d'huiles végétales hydrogénées. Quel rapport avec les produits laitiers ?

Mais poursuivons la citation : "La famille d'acides gras trans fabriquée par les ruminants s'appelle CLA. L'industrie laitière a dépensé des sommes colossales pour accréditer l'idée que certains membres de cette famille ne se comportent pas comme les autres […] Mais rien de cela n'est avéré : les CLA restent pour l'instant des acides gras trans avec leurs inconvénients."

Ce que dit la référence donnée par Thierry Souccar : "Les compte-rendus d'effets délétères associés à la consommation de CLA apparaissent essentiellement chez les souris et sont dus principalement à l'isomère trans-10, cis-12".

("Reports of detrimental effects of CLA intake appear to be largely in mice and due mainly to the trans-10, cis-12 isomer.")

Sans entrer dans les détails biochimiques, cela signifie que la molécule de CLA peut avoir plusieurs formes (isomères) et que c'est surtout la forme trans-10, cis-12 (t10,c12) qui présente des risques (chez les souris).

Il existe en fait deux principales forme de CLA :

la forme t10,c12 que nous venons de voir la forme c9,t11 qui semble moins délétère et nourrit certaines hypothèses d'un effet favorable sur la santé.

Demandons-nous maintenant dans quels types d'aliments se trouvent ces différentes formes.

la forme c9,t11 se trouve en proportion majoritaire dans les produits laitiers et la viande issus de ruminants nourris sur pâturages. la forme t10,c12 se trouve quant à elle plutôt dans les margarines, sauces et compléments alimentaires issus d'huiles végétales [3].

Donc, pour l'essentiel, les effets préjudiciables des CLA dénoncés par Thierry Souccar proviennent apparemment d'aliments d'origine végétale.

Signalons cependant que la plupart des travaux menés sur l'intérêt éventuel des CLA quels que soit leur forme se révèlent en effet peu convaincants. Ainsi, des études menées sur des obèses indiquent une augmentation de la résistance à l'insuline avec les deux formes [4, 5]. En revanche chez des hommes jeunes et en bonne santé, les effets des CLA semblent plus anodins [6].


La suite prochainement…


Notes et références

1. Un débat public avec Thierry Souccar. www.mondieteticien.fr

2. Comprendre les études scientifiques : quel degré de preuve ? www.mondieteticien.fr

3. Conjugated linoleic acid isomers and cancer. 2007

4. Effects of cis-9,trans-11 conjugated linoleic acid supplementation on insulin sensitivity, lipid peroxidation, and proinflammatory markers in obese men. 2004

5. Treatment with dietary trans10cis12 conjugated linoleic acid causes isomer-specific insulin resistance in obese men with the metabolic syndrome. 2002

6. A diet rich in conjugated linoleic acid and butter increases lipid peroxidation but does not affect atherosclerotic, inflammatory, or diabetic risk markers in healthy young men. 2008


Des réactions ? Des questions ?

C'est ici.

MonDieteticien.fr

Photo A. Bourgade ©

 


Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player