samedi 29 janvier 2011

Internet : trier les infos, lire les études

Que l'on soit un sportif de haut niveau ou que l'on cherche tout simplement à prendre soin de sa santé, on est assailli sur Internet (mais également en pharmacie et dans certaines salles de gym) par une offre de produits qui semblent tous plus merveilleux les uns que les autres. Tel "stack" nous garantit 250% de testostérone en plus grâce à ses actifs sibériens ancestraux, telle pilule nous promet la jeunesse éternelle grâce aux extraits marins de la Fosse des Mariannes, etc. Puis la présentation du produit se termine généralement par l'argument définitif supposé emporter notre décision : "prouvé par la recherche scientifique" (ou "validé par des études scientifiques" ou toute autre affirmation du même acabit).

Je vais essayer de proposer quelques pistes (non-exhaustives) pour débroussailler ce qui ce cache derrière ce genre d'affirmation et identifier les questions à se poser.

En théorie, "prouvé par la recherche scientifique" signifie que la molécule ou le produit (voire le type d'entraînement) a été testé dans le cadre d'une ou de plusieurs études scientifiques. Pourquoi des études ? Parce que, même si elles sont imparfaites, c'est le seul moyen qui permette d'identifier de manière objective l'effet d'une molécule (ou d'un produit).

Idéalement, cela implique que ces études soient réalisées selon des protocoles précis et que le bénéfice de la molécule testée soit mis en évidence par rapport à un placebo (quand c'est possible). C'est à dire que dans des conditions rigoureusement identiques, la molécule aura un effet significativement plus marqué que le placebo. Il existe des calculs pour mesurer si l'effet est significatif (et à quel degré), nous y reviendrons ultérieurement.

Il faut aussi faire en sorte de limiter les biais, c'est à dire s'assurer que ce qu'on mesure correspond bien à l'effet de l'actif étudié et pas à celui d'une autre variable. Ne pas oublier non plus de s'arranger pour que les résultats soient reproductibles dans les mêmes conditions. Ainsi, on a parfois des surprises : une équipe scientifique trouve un résultat favorable mais lorsque d'autres équipes tentent de reproduire l'étude, ça ne marche plus.

Je ne vais pas entrer plus avant dans les détails pour l'instant cependant on voit déjà qu'il y a beaucoup de paramètres en jeu et que l'interprétation des résultats peut s'avérer complexe.

Sortons maintenant de la théorie et voyons ce qui nous est proposé dans la réalité des argumentaires. On s'aperçoit alors que le concept de "prouvé par la recherche scientifique" n'a pas la même signification pour tout le monde. Quelques exemples :

 

Pour certains, l'argumentaire se termine par "prouvé par la recherche scientifique" puis plus rien. Pas d'information supplémentaire, pas de référence. On nous demande juste d'y croire.

 

Pour d'autres, la "recherche scientifique" signifie que l'entreprise qui nous propose le produit a effectué elle-même quelques tests, donnés en référence.

 

Pour d'autres encore, les tests ont été réalisés par un "laboratoire indépendant" mais payés par le fabricant du produit étudié. Sans compter que "laboratoire indépendant" signifie parfois"agence de marketing".

Là aussi, je ne vais pas m'étendre mais on devine que les possibilités sont nombreuses et qu'il serait utile d'avoir un filtre pour faire le tri. Voici donc une liste de questions (à compléter), du plus général au plus précis, pour tenter d'y voir plus clair :

 

L'argumentaire cite-t-il ses sources ?

 

Si oui, les études citées existent-elles ?

 

Sont-elles facilement consultables sur le net ? (au moins sous forme d'abstract)

 

Par qui sont-elles réalisées ?

 

Qui finance ?

 

Existe-t-il des conflits d'intérêts ?

 

Quelle est la taille de l'échantillon, grand ou petit ?

 

Quelle est leur nature ? (in vitro, in vivo, épidémiologique, d'intervention, etc.)

 

Ont-elles été menées sur des animaux ou des humains ?

 

Si sur des humains, des humains en bonne santé ou des humains malades ?

 

Si sur des humains en bonne santé, s'agissait-il de sportifs entraînés ou de sédentaires ?

 

Si sur des sportifs, pratiquaient-ils une discipline axée sur l'endurance ou l'explosivité ?

 

Si sur des sportif, étaient-ils débutants ou confirmés ?

 

Si sur des sportifs, étaient-ils naturels ou dopés ?

 

L'étude a-t-elle un rapport avec l'argumentaire ?

 

Si oui, apporte-t-elle confirmation ou contradiction ?

 

Quels sont les biais éventuels du protocole ?

 

La conclusion est-elle en accord avec les résultats ?

Cela peut sembler fastidieux de prime abord mais avec l'habitude on va assez vite. On peut attribuer mentalement un point à chaque question pour laquelle on obtient une réponse favorable. Cela permet d'avoir une idée de la fiabilité de la promesse de l'argumentaire. Ainsi un fabricant qui dit : "mon produit va vous rendre musclé, vous soulager de vos douleurs, vous rendre la peau de vos vingt ans, c'est prouvé point-barre" sera probablement à cataloguer comme peu fiable. À l'opposé, un fabricant qui propose des études d'intervention favorables, indépendantes, consultables sur le net, réalisées en double-aveugle contre placebo sur un large échantillon tout en minimisant les biais sera probablement proche du Saint-Graal (avec évidemment toute une gamme de possibilités entre ces deux extrêmes).

Cette grille de lecture peut évidemment s'appliquer à un article de presse, à un commentaire sur une page web ou à un avis donné sur un forum. Je reviendrais prochainement plus en détail sur les problèmes soulevés par ces différentes questions.

MonDieteticien.fr

Photo A. Bourgade ©

 


Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player